Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Genèse des grands shows parisiens de Samuel Rosenthal en 1873

 Merci beaucoup à M. Joost van Wisen qui m’a envoyé courant mars 2024 une gravure que je ne connaissais pas. Cette gravure provient du journal « L’Illustration, Journal Universel » de février 1873.
Il y a quelque temps déjà, j’avais pourtant pris un abonnement au site internet https://www.lillustration.com/ et manifestement j’étais passé à côté de cette gravure ! 
 

L’illustration – 1er février 1873 – Photo communiqué par M. Joost van Wisen

M. van Wisen pensait qu’elle représentait Samuel Rosenthal lors d’une simultanée au Café de la Régence.
Mais en fait non, comme l’indique la légende que l’on peut lire sous la gravure « Le grand tournoi des joueurs d’échecs au Café Catelain ». Mais il est vrai que c’est assez ambigu, car à l’époque, en 1873, le propriétaire de la Régence se nomme Pierre Catelain, d’où la confusion possible. 
 

Exposition universelle. Paris, 1878. Palais du Trocadéro. Un dessin de
Isidore Laurent Deroy réalisé en 1878, conservé à la Bibliothèque
nationale de France

Les Catelain sont alors une fratrie très connue dans la restauration à Paris (Pierre, Laurent, JB Jean-Baptiste ?). Par exemple ce seront eux qui auront la charge de restaurants associés à l’exposition universelle de Paris en 1878. 
 

Journal Le Siècle – 30 mai 1878 au sujet des restaurants Catelain de l’exposition universelle – Retronews

Mais revenons à la simultanée. Avec cet évènement, Samuel Rosenthal prend ses marques de meilleur joueur d’échecs en France à cette époque et tient à le faire savoir. En France il n’a plus d’adversaire de sa force et nous sommes environ 3 ans après le départ de Paris de son rival et supérieur Gustav Neumann, Prussien d’origine, contraint de quitter la France à cause de la guerre avec l’Allemagne en 1870.

 

 

L’illustration – 1er février 1873 – Photo communiqué par M. Joost van Wisen
 
Voici un large extrait retranscrit. On y apprend notamment que les Allemands n’y étaient pas les bienvenus. A noter que le texte du journal L’Illustration associé à la gravure contient pas mal d’erreurs sur les noms des différents protagonistes de cette simultanée.

Le grand match des Joueurs d’échecs du 24 Janvier 1873
 
Vendredi, 24 janvier 1873, dans les salons de M. Laurent Catelain, au Palais-Royal, se donnait une grande séance d’échecs où tout l’univers semblait avoir pris rendez-vous. Le défi avait été porté par le célèbre professeur Rosenthal à tous les meilleurs joueurs présents à Paris.

Malgré son origine polonaise, M. Rosenthal compte parmi les joueurs français ; réfugié depuis 1864, c’est au café de la Régence qu’il a appris le jeu d’échecs, et par reconnaissance il a soutenu pour la France et gagné, non-seulement la partie engagée contre les Allemands dans ce fameux congrès international. de Baden-Baden, mais encore un grand match livré à Londres contre les champions anglais, et à Genève, où il a joué simultanément vingt-cinq parties en rendant un cavalier à chacun de ses adversaires, qui furent tous vaincus sauf un seul.

(…)

Les Allemands seuls n’étaient pas admis dans son sein. La partie commença à huit heures et demie précises. C’était un coup d’œil saisissant que la grande salle silencieuse et pleine de monde où se livrait ce combat intelligent ;

 

La Stratégie de Janvier 1873 annonce également l’évènement.

GRANDE SOIRÉE D’ÉCHECS.

C’est Vendredi 24 Janvier, à 8 heures du soir, dans les salons de M. Laurent Catelain, galerie Montpensier, 23, que M. Rosenthal donnera la grande soirée dont nous avons parlé dans notre dernier numéro. Nous rappelons que le prix d’entrée est fixé à 5 francs, et nous invitons les Amateurs, désireux d’assister à cette intéressante séance, à se procurer à l’avance des billets, soit au bureau de la Stratégie, soit au café de la Régence, rue Saint-Honoré, 161.

Le compte rendu de l’évènement est publié dans le numéro suivant de La Stratégie, le 15 février 1873.
La foule était nombreuse, et Samuel Rosenthal a fait le show. La Stratégie publiera une quinzaine de parties jouées lors de cette simultanée dans ses numéros de février, mars et avril. Je les ai retranscrites et vous les trouverez un peu plus loin.
Le niveau des adversaires de Rosenthal est assez faible globalement, mais la contrainte de peu réfléchir à chaque coup (au maximum 1 minute pour Rosenthal) ne lui a pas rendu la tâche facile. En tout cas la foule était présente pour assister à cet évènement mondain et sportif. A noter que La Stratégie ne mentionne pas l’interdiction des joueurs allemands.

 
 

La Stratégie – février 1873

La soirée d’échecs donnée par M. Rosenthal a été un véritable triomphe pour la cause des échecs. Depuis de longues années on n’avait vu une aussi nombreuse réunion d’amateurs de notre noble jeu.
Plus de deux cents personnes (parmi lesquelles étaient nombreux les noms illustres par le rang, par le talent et par la fortune) se pressaient autour des tables près desquelles étaient assis les champions qui avaient accepté la lutte ; plusieurs dames, même, n’avaient pas dédaigné d’honorer celte solennité de leur présence. 

M. Rosenthal, en annonçant sa soirée, n’avait refusé personne ; il avait, au contraire, hautement déclaré qu’il acceptait pour adversaires tous les joueurs qui se présenteraient quelles que fussent leur force et leur nationalité. Aussi, M. Rosenthal a-t-il eu à combattre une grande partie des sommités actuelles.
Parmi les amateurs français, nous citerons : M. le baron d’André, M, le comte de Locmaria, M. Dupin, député, M. Chaseray, M. Dermenon…. Parmi les étrangers, nommons : M. le prince André de Mingrelie, M. le prince Villafranca, M. Bezkrovny, M. Martin Winawer, M. Meisels, M. Nackman, M. de Gogorza…. et parmi les nombreux assistants nous avons remarqué M. le général Froissard, M. Devinck, M. le marquis Villa-Franchesa, M. le comte de la Taille et…. bien d’autres notabilités.
 
M. Rosenthal s’était engagé à suivre en même temps de 20 à 30 parties ; 28 joueurs seulement ont accepté le défi et à 8 heures 1/4, le Président, M. Lequesne a déclaré la séance ouverte. Le célèbre professeur, qui s’était réservé le trait a annoncé pour 1er coup P.4R (NDA : 1.é2-é4) pour tous les joueurs.
Les réponses ont été peu variées, car 24 joueurs ont répondu par P.4R (NDA : 1…. é7-é5), deux par P.4D (NDA : 1. …d7-d5), un par P.4FD (NDA : 1….ç7-ç5) et enfin un par C.3FD (NDA : 1….Cb8-ç6).
A partir de ce moment les coups se sont succédé sans interruption.
 
A l’égard du temps employé, M. Rosenthal a tenu plus qu’il n’avait promis ; les 28 parties représentent un total de 8 à 900 coups environ, ce qui, à une minute par coup demanderait, en chiffre rond, 14 heures. Or à 2 heures 1/2, c’est-à-dire en 6 heures 1/4 la séance était terminée !
 
Les amateurs peuvent se rendre compte de la difficulté qu’il y avait pour M. Rosenthal et qu’elle tension d’esprit il a dû déployer pour répondre avec cette rapidité aux coups les plus disparates et qui ont présenté nombre de positions compliquées, d’autant plus que chacun de ses adversaires avait en moyenne de 10 à 15 minutes pour préparer et étudier son coup.
 
En résumé, le succès de M. Rosenthal est vraiment mirobolant et unique dans l’histoire, et nous sommes heureux de joindre nos ardentes félicitations à celles qu’il a unanimement reçues. Le résultat des parties est de 22 gagnées, 4 perdues et 2 nulles ; pour mettre nos lecteurs à même de les apprécier, nous en avons choisi une quinzaine dignes d’être publiées. Ci-dessous nous en donnons cinq, les autres paraîtront dans nos numéros suivants.
 

Samuel Rosenthal (curieusement appelé « Emil » sur la photo) – Cleveland Public Library
Photographie non datée, mais peut être de mai 1880, date à laquelle il joue à Londres un match contre Zukertort

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
L’année suivante, en date du 27 février 1874, le même évènement sera organisé au même endroit et annoncé comme en 1873 dans de nombreux journaux.
Puis il faudra attendre 1876 pour voir Rosenthal recommencer une telle démonstration.
Mais cette fois-ci ce sera au célèbre restaurant Lemardelay, 100 rue de Richelieu non loin de chez Catelain (il ne reste plus rien de ce restaurant de nos jours à cette adresse, comme du restaurant de Laurent Catelain dans la galerie Montpensier).
Mais la différence est qu’en 1875 le Café de la Régence a été cédé à un certain Joseph Kieffer ce qui explique sans doute ce changement de lieu.
 

Journal Le Gaulois – 20 janvier 1876 – Retronews
 

Carte publicitaire du restaurant Lemardelay en 1894 – Source BHVP

Quelques années plus tard, cet évènement deviendra une habitude, Samuel Rosenthal l’organisant chaque année au Grand Cercle et Cercle des Échecs.

Pour terminer j’ai trouvé un article intéressant paru dans le journal Gil Blas du 2 septembre 1882 au sujet du décès de Pierre Catelain (né en 1836, décédé le 26 août 1882, inhumé dans un caveau familial au cimetière de Montmartre), ancien propriétaire de la Régence. Cela n’a pas grand-chose à voir avec mon étude, mais un détail m’a troublé. Pierre Catelain décède du « cancer des fumeurs ». Nous sommes en 1882, et j’ai toujours cru que le lien démontré entre fumer et le cancer datait des années 1960, soit près d’un siècle plus tard. Manifestement ce lien était connu depuis longtemps.

 

Journal Gil blas – 2 septembre 1882 – Retronews
 

Nous apprenons la mort de M. Pierre Catelain, l’un des membres de l’honorable dynastie des Catelain, qui furent tous restaurateurs. Celui qui vient de mourir avait été autrefois propriétaire du Café de la Régence. Il était bien connu dans le monde du sport, car il a longtemps fait courir. Il est mort du cancer des fumeurs. Il faut dire qu’il fumait en moyenne vingt cigares par jour à un franc pièce, ce qui, pour les trente ans qu’il a fumé, représente environ deux cent mille francs. C’est de lui-même que nous tenons ce détail.

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « de Mingrelie, Prince André »]
[Result « 0-1 »]
[ECO « C38 »]
[PlyCount « 54 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 février 1873} 1. e4 e5 2. f4 exf4 3.
Nf3 g5 4. Bc4 Bg7 5. d4 d6 6. c3 h6 7. Qb3 Qe7 8. O-O c6 9. a4 {Pour empêcher
b7-b5} b6 {C’était bien joué, dégagent leur Fou Dame} 10. g3 g4 11. Nh4 f3
12. Bf4 Bf6 13. Nf5 Bxf5 14. exf5 d5 15. Bd3 ({Les Blancs pouvaient forcer les
Noirs a accepter la nullité en jouant} 15. Bxd5 cxd5 16. Qxd5 Qe2 17. Rf2 Qe1+
{etc}) 15… Bg5 16. Bxb8 {La prise de ce Cavaier semble forcée, car les
Blancs ne peuvent prendre le Fou ni se laisser prendre, à cause de la forte
attaque que les Noirs auraient eu par l’avance de leur Pion de la Tour du Roi.}
Qe3+ 17. Rf2 {forcé} (17. Kh1 Qxd3 {et gagnent}) 17… Qxd3 18. Bf4 Bxf4 19.
gxf4 Qxf5 20. Nd2 Nf6 (20… Qxf4 21. Nf1 {et kes Blancs peuvent soutenir
l’attaque}) 21. Re1+ Kd7 22. c4 {La partie des blancs est compromise, ils
cherchent une contre-attaque} Rhe8 23. Re5 Qxf4 24. cxd5 Qxd4 25. dxc6+ Kxc6
26. Qb5+ Kc7 27. Nc4 Ne4 {Les Blancs abandonnent} 0-1

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Joliet, Auguste »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C51 »]
[PlyCount « 40 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,40,18,18,18,12,14,12,11,-18,-26,-35,32,15,22,-13,16,0,0,0,83,114,161,
120,394,394,452,398,651,301,773,724,756,644,687,483,710,1165,1256,792,857,1129,
29995]} {Partie publiée dans La Stratégie du 15 février 1873} 1. e4 e5 2.
Nf3 Nc6 3. Bc4 Bc5 4. b4 Bxb4 5. c3 Bc5 6. d4 exd4 7. O-O d6 8. cxd4 Bb6 9. Nc3
Nge7 {Faible} ({La défense correcte est} 9… Bg4 {ou Na5}) 10. Ng5 d5 ({
Le Roque est impossible à cause de} 10… O-O 11. Qh5) 11. exd5 f6 12. dxc6
fxg5 13. Bxg5 Qxd4 14. Qb3 Nxc6 15. Rae1+ Kf8 16. Nd5 Bg4 17. Re3 Bh5 18. Rf3+
Ke8 {S’ils prenaient la Tour, ils seraient mat en peu de coups} 19. Re1+ Kd7
20. Nxb6+ Qxb6 {Et les Blancs font mat en trois coups} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Milleriot »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C41 »]
[PlyCount « 45 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,45,24,24,22,23,76,61,79,76,121,96,151,76,78,75,77,72,81,52,71,47,60,
44,115,172,333,333,437,437,29991,29992,29993,648,874,553,553,553,553,555,556,
557,561,480,469,482,569,569]} {Partie publiée dans La Stratégie du 15
février 1873} 1. e4 e5 2. Nf3 d6 3. d4 Bg4 4. Bc4 Bxf3 5. Qxf3 Nf6 6. Be3 Nbd7
7. Nc3 c6 8. O-O-O Be7 9. g4 O-O {Dans la position actuelle, le Roque est
dangereux} 10. h4 Ne8 11. g5 g6 12. h5 Bxg5 13. hxg6 Bxe3+ 14. fxe3 hxg6 15.
Qh3 Kg7 {forcé} 16. Qh6+ Kf6 17. Rdf1+ Ke7 18. Qxf8+ Kxf8 {forcé} 19. Rxf7+
Kg8 20. Rxd7+ d5 21. Rxd8 Rxd8 22. exd5 cxd5 23. Bxd5+ {Les Noirs abandonnent}
1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Bezkrovny, Michel »]
[Result « 1/2-1/2 »]
[ECO « C54 »]
[PlyCount « 67 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,17,19,38,25,7,30,26,23,-33,41,-13,-1,-1,4,-12,9,15,-2,21]} {Partie
publiée dans La Stratégie du 15 février 1873} 1. e4 e5 2. Nf3 Nc6 3. d4 exd4
4. Bc4 Bc5 5. c3 Nf6 6. cxd4 Bb4+ 7. Bd2 Nxe4 8. Bxb4 Nxb4 9. Bxf7+ Kxf7 10.
Qb3+ d5 11. Ne5+ {Dans une des parties du Match jouées entre MM. Steinitz et
Zukertort, on a critiqué l’un des joueurs de ne pas avoir donné échec avec
le Cavalier en e5.} Ke6 {Très bien joué ; ce coup et le suivant détruisent
complètement l’attaque des Blancs.} 12. Qxb4 c5 13. Qa4 cxd4 14. Qxd4 Qf6 15.
Nf3 Qxd4 16. Nxd4+ Kf6 17. O-O Bd7 18. Nc3 Nxc3 19. bxc3 Rac8 20. Rac1 Rc4 21.
Rfd1 Rhc8 22. Rd3 g6 23. Rf3+ Kg7 24. Nb3 b6 25. h3 Ra4 26. Rd3 Rxa2 27. Rxd5
Be6 28. Rb5 Bc4 29. Rb4 b5 30. Nd4 a5 31. Rbb1 Bd3 32. Ra1 Rxa1 33. Rxa1 a4 34.
Ra3 {Et après quelques coups, la partie a été déclarée nulle} 1/2-1/2

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Philippe »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C36 »]
[PlyCount « 43 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 février 1873} 1. e4 e5 2. f4 d5 3.
exd5 Qxd5 4. Nc3 Qe6 5. Nf3 exf4+ 6. Kf2 Be7 7. d4 g5 8. Ne5 Nh6 {Bonne
riposte qui empêche la prise de leur pion f7} 9. Bc4 Qf5 10. Qh5 Ng4+ 11. Nxg4
Qxg4 12. Qxf7+ Kd8 13. Re1 Re8 14. Nd5 Nc6 15. Qxe8+ Kxe8 16. Nf6+ Kf8 17. Nxg4
Bxg4 18. c3 Rd8 19. h3 Bf5 20. Bd2 a6 21. Be6 Bg6 22. Re2 {après quelques
coups les Noirs abandonnent} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Baron d’André »]
[Result « 0-1 »]
[ECO « C30 »]
[PlyCount « 34 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,34,28,12,34,-24,25,20,19,32,35,36,89,67,35,56,38,24,108,63,78,61,81,
-70,-55,-117,-16,-304,-251,-386,-401,-458,-304,-703,-778,-1082,-1092]} {
Partie publiée dans La Stratégie du 15 mars 1873. Début de fantaisie.} 1. e4
Nc6 2. f4 e5 3. Nf3 d5 4. exd5 Qxd5 5. Nc3 Qa5 6. fxe5 Bg4 7. Bb5 Nge7 8. h3 {
Le Roque était meilleur} Bh5 9. g4 Bg6 10. d4 {encore un coup faible. Il
fallait jouer d2-d3} O-O-O 11. Be3 (11. Bxc6 {et ensuite Be3 était
préférable. Les Noirs ont joué toute cette partie d’une manière fort
remarquable.}) 11… Nd5 12. Qd2 Ncb4 13. Bd3 Nxe3 14. Qxe3 Bxd3 15. O-O-O Bg6
16. a3 Nxc2 17. Qd2 Na1 {Les blancs abandonnent. Notes par M. Rosenthal} 0-1

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « M. de Gororza »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C37 »]
[PlyCount « 51 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,51,18,25,25,-27,-29,-28,-37,-62,-62,-40,-68,-94,-83,-123,-19,1,54,89,
62,-15,34,57,58,59,68,23,321,204,292,327,323,323,302,232,221,148,305,255,448,
536,587,644,1257,1308,1317,1323,1323,1332,1491,2369,29997,29998]} {Partie
publiée dans La Stratégie du 15 mars 1873.} 1. e4 e5 2. f4 exf4 3. Nf3 g5 4.
Bc4 g4 5. Ne5 Qh4+ 6. Kf1 f3 7. d4 fxg2+ 8. Kxg2 Qh3+ 9. Kg1 Nh6 10. Bf4 (10.
Bxh6 Bxh6 {menaçant du mat, ce qui rendrait la position des blancs très
difficile à cause de l’attaque du pion via g4-g3 à laquelle ils seraient
exposés.}) 10… Bg7 11. c3 d6 12. Nd3 Be6 {Faible comme on va le voir} 13.
Bg3 Qh5 {Forcé pour prévenir la perte de la Dame} 14. Nf4 Qa5 15. Bxe6 fxe6
16. Nxe6 Bf6 17. Nd2 Kd7 18. Nf4 Rf8 19. Qb3 Bxd4+ 20. cxd4 Qxd2 21. Rd1 Qa5
22. Qe6+ Kc6 {Forcé à cause de Bh4} 23. Rc1+ Kb6 24. Nd5+ Kb5 25. Nxc7+ Kb6
26. Qb3+ {et gagnent} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Winaver, Martin »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C42 »]
[PlyCount « 65 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,65,25,25,47,11,27,6,38,31,32,-6,19,42,71,44,44,57,55,57,72,74,118,95,
99,74,120,112,126,125,104,77,95,73,120,63,78,36,46,41,54,0,125,171,148,23,95,
94,144,163,163,45,221,178,280,253,275,150,375,360,459,407,808,551,894,1135,
29995,29996]} {Partie publiée dans La Stratégie du 15 mars 1873.} 1. e4 e5 2.
Nf3 Nf6 3. Nxe5 d6 4. Nf3 Nxe4 5. d4 Be7 6. Bd3 f5 {Faible} (6… d5 {est
meilleur}) 7. O-O O-O 8. c4 Nd7 9. Nc3 Nxc3 10. bxc3 c5 {Bien joué. Par ce
coup, qui empêche les Blancs de dédoubler leurs pions, on reconnait l’école
de Winaver} 11. Qc2 Nb6 12. a4 d5 13. cxd5 Nxd5 14. Bc4 Kh8 15. Ba3 Nb6 16. Bb3
Nd7 ({Si} 16… c4 17. Bxe7 cxb3 18. Bxd8 bxc2 19. Bxb6 axb6 {Les blancs
gagnent le pion « c » et restent avec un pion passé.}) 17. Rae1 b6 18. Re3 Bb7
19. Rfe1 Be4 20. Qd2 Bg5 21. Nxg5 Qxg5 22. g3 Rad8 23. Qe2 {Menace de jouer g4}
Qf6 24. f3 Ba8 25. f4 Qc6 ({Si le Fou revient} 25… Be4 {les blancs jouent
d’abord} 26. Bb2 {et ensuite Bc2}) ({Si} 25… cxd4 26. Re6 {et gagnent}) 26.
d5 Qc8 27. c4 Nf6 28. Re7 Ne4 29. Bb2 Rg8 30. Qh5 Rdf8 ({Ils ne peuvent jouer}
30… Rde8 {à cause de} 31. Bxg7+) 31. Bc2 Qd8 32. R1xe4 fxe4 33. Bxe4 {
Les Noirs abandonnent} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « David, S. »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C50 »]
[PlyCount « 63 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,63,47,31,26,33,29,22,-5,-34,11,-34,68,23,90,68,118,141,138,126,153,
156,167,155,176,193,269,226,234,135,226,201,228,168,152,117,120,66,142,136,149,
137,127,71,134,97,93,41,51,55,157,70,64,72,73,-49,96,50,137,143,206,206,348,
287,370,287] Partie publiée dans La Stratégie du 15 mars 1873.} 1. e4 e5 2.
Nf3 Nc6 3. d4 exd4 4. Bc4 h6 5. c3 d6 6. O-O Bg4 7. Qb3 Qd7 8. Bxf7+ Qxf7 9.
Qxb7 Rc8 10. Qxc6+ Bd7 11. Qa6 dxc3 12. Nxc3 Be7 13. e5 Qe6 14. Nd4 Qg4 ({Si}
14… Qxe5 {les Blancs répondent par} 15. Nc6 {et regagnent le Pion ou
déroquent les Noirs, restant avec une forte position}) 15. exd6 cxd6 16. Be3
Nf6 17. Ncb5 O-O 18. Nxd6 Rb8 19. Qc4+ Kh7 20. Qc2+ Kh8 21. f3 Qh5 22. Ne4 Nd5
23. Bd2 Rfc8 24. Qd3 Rd8 25. Ng3 Qf7 26. Bc3 Bc5 27. Kh1 Nf4 28. Qc2 Rbc8 29.
Ndf5 Qg6 30. Qe4 Ne6 31. Nxg7 Kh7 32. Nxe6 {Et les Noirs abandonnent} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Dr Landowski »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C34 »]
[PlyCount « 53 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 mars 1873.} 1. e4 e5 2. f4 exf4 3.
Nf3 d6 {NDA : il est intéressant de voir que Samuel Rosenthal met un point
d’nterrogation à ce coup, le considérant comme un mauvais coup. Près d’un
siècle plus tard, Robert J.Fischer en fera son arme numéro 1 contre le
gambit du Roi.} 4. d4 g5 5. h4 g4 6. Ng5 Qf6 7. Nc3 c6 8. Bc4 Nh6 9. O-O d5 10.
exd5 Bd6 11. Nce4 Qe7 12. Nxd6+ Qxd6 13. Bxf4 Qg6 14. Be5 O-O 15. Rf6 Qh5 16.
Qd3 Bf5 17. Rxf5 Nxf5 18. Qxf5 Qg6 19. Qxg4 h6 20. Nxf7 Qxg4 21. Nxh6+ Kh7 22.
Nxg4 {Menacent du mat en deux coups} Kg6 23. Bd3+ Kh5 24. Nf6+ Kxh4 25. Kf2 Nd7
26. Rh1+ Kg5 27. Rh5# 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Dermenon »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « B01 »]
[PlyCount « 75 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 avril 1873.} 1. e4 d5 {Contre-Gambit
du Centre} 2. exd5 Qxd5 3. Nf3 ({Le coup juste est} 3. Nc3) 3… Bf5 4. Nc3 Qd7
5. Bc4 e6 6. d4 Bd6 7. Bg5 Ne7 8. O-O Ng6 9. d5 e5 10. Bb5 c6 11. dxc6 bxc6 12.
Bc4 O-O 13. Qd2 Bb4 14. Qe3 Qc7 15. a3 Bxc3 16. Qxc3 Nd7 17. b4 Rae8 18. Rad1
Nb6 19. Bb3 Be6 20. Be3 f6 21. Bc5 Nd5 22. Qb2 (22. Bxd5 cxd5) 22… Rf7 23.
Qc1 Rd7 24. g3 Bg4 25. Qe3 Kh8 26. Bxd5 cxd5 27. Rd2 Qc8 28. Re1 e4 29. Nd4 Ne5
30. Qf4 Nf3+ 31. Nxf3 Bxf3 32. c3 Re5 33. Bd4 Rd6 34. Qh4 Rh5 35. Qf4 Qh3 (
35… Rd8 {était le coup juste}) 36. Qxf3 Qxh2+ 37. Kf1 Qh3+ 38. Qg2 {Les
Noirs abandonnent} 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Dubail »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C50 »]
[PlyCount « 81 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{[%evp 0,72,29,34,12,18,12,17,60,51,44,40,46,72,98,107,141,126,73,87,98,95,123,
135,171,154,233,194,701,676,715,723,717,717,925,599,706,620,631,634,631,627,
787,470,687,706,710,872,882,694,725,728,788,780,752,750,865,720,722,778,790,
837,830,794,907,909,1067,861,1073,1029,1135,480,473,508,531]} {Partie publiée
dans La Stratégie du 15 avril 1873.} 1. e4 e5 2. Nf3 Nc6 3. Bc4 a6 {Faible.
Les Blancs répondent par le coup juste} 4. d4 exd4 5. O-O b5 6. Bb3 Bc5 7. c3
Na5 8. cxd4 Bb6 9. Nc3 Nxb3 10. Qxb3 c6 11. e5 h6 12. Ne4 Bc7 13. Re1 d5 {
Une grave erreur qui coûte la pièce} 14. exd6 Be6 15. dxc7 Qxc7 16. Nc5 O-O-O
17. Nxe6 fxe6 18. Qxe6+ Kb8 19. Ne5 Kb7 20. Bf4 Nf6 21. Rac1 Rd6 22. Qb3 Nd5
23. Bg3 Re8 24. Nf3 Rxe1+ 25. Rxe1 Qd8 26. Bxd6 Qxd6 {Evidemment les Noirs ont
perdu ; nous donnons néanmoins la suite de cette partie, qui a été
brillamment terminée.} 27. Ne5 Qe7 28. Nd3 Qc7 29. Nc5+ Ka7 30. Qa3 a5 31. Qf3
Nf4 32. a4 g5 33. h4 Kb6 34. g3 Nd5 35. Qxd5 cxd5 36. Re6+ Ka7 37. axb5 Qf7 {
forcé} 38. b6+ Kb8 39. Rf6 Qg7 40. Rf8+ Qxf8 41. Nd7+ 1-0

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Meisels »]
[Result « 0-1 »]
[ECO « C00 »]
[PlyCount « 58 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 avril 1873.} 1. e4 c5 2. f4 (2. d4 {
est meilleur}) 2… Nc6 3. Nf3 e6 4. c3 d5 5. e5 Nge7 6. Bd3 {NDA : Par
interversion de coups on retombe dans une variante de la Défense Française
inventée par Samuel Rosenthal.} d4 7. Na3 Nd5 8. g3 h5 9. Be4 h4 10. c4 hxg3 {
Nous croyons le sacrifice du Cavalier incorrect, néanmoins, cela rend la
partie des Blancs très difficile, d’autant plus qu’ils ne peuvent réfléchir
plus d’une minute pour chaque coup. (NDA : En fait l’ordinateur indique que
les Noirs sont gagnants après la prise du Cavalier !)} 11. cxd5 exd5 12. Bb1
Rxh2 13. Rg1 Bg4 14. d3 Qa5+ 15. Bd2 Bxf3 16. Bxa5 Bxd1 17. Kxd1 Nxa5 18. Rxg3
Rxb2 19. Bc2 c4 20. Ba4+ Kd8 21. Nc2 b5 22. Kc1 c3 23. Bb3 Nxb3+ (23… Rxb3 {
était plus rapide}) 24. axb3 Rxb3 25. Nxd4 Rb2 26. f5 Rf2 27. Ra5 Rc8 28. Nxb5
c2 29. Rg1 g6 {Les Blancs abandonnent} *

[Event « Simultanée Restaurant Catelain »]
[Site « ? »]
[Date « 1873.01.24 »]
[Round « ? »]
[White « Rosenthal, Samuel »]
[Black « Chaseray »]
[Result « 1-0 »]
[ECO « C38 »]
[PlyCount « 93 »]
[EventDate « 1873.01.24 »]

{Partie publiée dans La Stratégie du 15 avril 1873.} 1. e4 e5 2. f4 exf4 3.
Nf3 g5 4. Bc4 Bg7 5. d4 Nc6 {Faible ; évidemment les Noirs cherchent à
égarer leur adversaire en sortant de la théorie.} 6. c3 Na5 7. Bb5 a6 8. Ba4
b5 9. Bc2 Nc4 10. Qe2 Bb7 11. b3 Nb6 12. O-O h6 13. Ba3 Ne7 14. Nbd2 d5 15. e5
Qd7 16. Bc5 Qe6 17. a4 bxa4 18. bxa4 a5 19. Rab1 Ba6 20. Bd3 Bxd3 21. Qxd3 O-O
22. Qc2 Rfc8 23. h3 Nf5 24. Qa2 Ne3 25. Rf2 Nd7 26. Ba3 c5 27. Nf1 cxd4 28.
cxd4 Nc4 29. Bc1 Rab8 30. Rb5 Ncxe5 31. dxe5 Rxc1 32. Qxd5 Rxb5 33. Qxb5 Nxe5
34. Qxa5 {Les Blancs profitent de quelques coups faibles joués par les Noirs.}
Nxf3+ 35. Rxf3 Bd4+ 36. Kh2 Qe4 37. Qb5 Qc2 38. Rd3 Ra1 39. a5 Ra2 40. Nd2 Bc3
41. Qf5 Bxd2 ({Il était préférable de jouer} 41… Bxa5) 42. Rd8+ Kg7 43.
Qe5+ f6 {Forcé} 44. Qe7+ Kg6 45. Rg8+ Kf5 46. Qd7+ Ke5 47. Re8# 1-0

.

Lire la suite

Les commentaires sont désactivés.